• (+225) 20 21 83 94
  • cellulecommunication@gmail.com
  • Plateau, Cité Administrative, Tour E - 22e étage

Bienvenue dans la Région de la Bagoué

La Région de la Bagoué (déformation de Bagbè qui veut dire ″fleuve rouge″) est située au nord de la Côte d’Ivoire. Elle est limitée au nord par la République du Mali, au sud par les régions du Worodougou et du Béré, à l’est par la région du Poro et à l’ouest par celles du Folon et du Kabadougou. Elle Comprend trois départements : Boundiali, Kouto et Tengrela. La région de la Bagoué compte quatorze sous-préfectures que sont Boundiali, Ganaoni, Siempurgo, Kasséré, Baya, Kouto, Gbon, Kolia, Sianhala,  Blessegué, Tengrela, Kanakono, Débètè et Papara..

CAPITALE : Boundiali
 POPULATION : 375 687 Habitants (Senoufo et Malinké)

Le Patrimoine culturel immatériel

Les danses

La danse N'Goron est une danse d'initiation pratiquée chez les Sénoufos de la région de la Bagoué. Exclusivement dansée par les jeunes garçons (avec de jeunes filles nubiles), à l'issue de leur séjour au bois sacré où ils deviennent initiés et passent à l'âge adulte, cette danse est aujourd'hui exécutée lors des cérémonies d'accueil de personnalités au village.

 Les fêtes

 Le ʺYéwôgôʺ. Cette fête a lieu à la fin des récoltes dans plusieurs villages de la région entre septembre-novembre.

 Le ʺWinniʺ, fête du poisson. Fête annuelle en vue d’autoriser la pêche dans le fleuve Bagoué à Samogosoba (Kouto).

Description: vénération du fleuve Bagoué,

Festival de la région

  • Le Djéguélé Festival se déroule chaque année au mois de mars, avril ou mai.
  • Kolia Blues Festival.

Le patrimoine culturel matériel

Les mosquées de type soudanais de Tengrela et de Kouto dites ʺBôgômissiriʺ (mosquées en banco). Ce sont des édifices construits en terre (banco) qui date d’avant  l’ère "samorienne" (vers 1655).

Au sujet de la mosquée de Tengrela, on rapporte que Samory Touré de passage dans la ville lors de ses conquêtes territoriales y aurait prié. Il (Samory) aurait passé aussi 7 jours sur la colline appelée "Noumoutanakourou" (colline du totem des forgerons) sans pouvoir entrer dans le village ; et ayant appris par un informateur anonyme qu’il y avait une fête au village (certainement la fête de la tabaski) il put enfin y entrer pour attaquer ce qu’est aujourd’hui la ville de Tengrela.

La tombe du Docteur François Crozat à Tengrela. L’homme fait partie des explorateurs que la France a commis en Afrique, à l’époque précoloniale. François Crozat a été explorateur du royaume Mossi de 1890 à 1892. Mort le 27 août 1892 à Tengrela, il y a été enterré. Aujourd’hui entourée par des habitations au quartier Mankourani, le sépulcre du Dr François Crozat est fait de pierres. La tombe est formée d’un pavé d’environ 2 mètres sur 3 pour une hauteur d’environ 80 cm. Le tout est surmonté d’une pyramide. Sur la stèle, il est écrit : "SOUVENIR COLONIAL FRANÇAIS. ICI REPOSE LE DR CROZAT EXPLORATEUR DU MOSSI, 1890. MORT A TENGRELA EN 1892". 

Pour la petite histoire, après avoir procédé à son enterrement le jour de son décès, les habitants de Tengrela dit-on, ont été très surpris de constater, le lendemain que le corps de l’explorateur était revenu à la surface. Pour ne pas que ce phénomène se reproduise, ils décidèrent d’entasser un amas de pierres sur la tombe, afin de maintenir le corps dans le sol.

Les 1ères cases du fondateur de Tengrela et du Chef de terre de Kolia sont des maisons traditionnelles de forme circulaire construites en banco et recouvertes d’un toit de paille. Jadis, elles étaient munies de portes sculptées. La technique de construction et de confection de la toiture de ces demeures révèlent inéluctablement un savoir et un savoir-faire exceptionnel d’orfèvres architectes  traditionnels.

La forteresse de Sanhala, fortification construite en mur très épais en banco avec une fosse large et profonde contre l’invasion "samorienne". Les "montagnes" de Boundiali (terme utilisé par la population locale). Ce sont deux (2) magnifiques collines situées à l’ouest de la ville, de chaque côté des routes d’Odienné et de Séguéla.  Elles sont d'origine volcanique et constituent le résultat géologique de la dorsale guinéenne. L'une d'elles abriterait des grottes qui étaient utilisées jadis comme refuge en cas d'invasion.

Les collines mâle et femelle de Djamakani (Tengrela) sont deux (2) collines jumelles appelées ʺTindarakrouʺ (collines de Tindara) et qui font l’objet d’adoration par les populations du village de Tindara et des villages environnants.

Le champ de karité dans les environs de Tengrela qui dit-on a servi de lieu de repos et de restauration aux soldats (les Sofas) de Samory. Ceux-ci après avoir mangé des fruits de karité y ont jeté les graines pêle-mêle. Mais chose curieuse et mystérieuse, les arbres de karité qui y ont poussés forment des rangées bien ordonnées comme si on les avait plantés en lignes. Ce champ de Karité fut d’ailleurs l’objet de recherches scientifiques par l’Université d’Abidjan Cocody.

Flash infos

gouv.ci     -     eadministration.gouv.ci     -     annuaire.gouv.ci     -     participationcitoyenne.gouv.ci     -     servicepublic.gouv.ci     -     data.gouv.ci